dimanche 4 mars 2012

Aller pour revenir.

C’est une disposition acquise Finalisée Où le jour s'avancera   L’effort abouti de la pendule sonne Le temps est devenu réflexe Les détails s’y engloutissent   L’espacement tire le trait Aligne le cœur Ta voix résonne Et appréhende la forme   Des pointillés mal agencés Grouillent à l’intérieur D’un pot de clous sans tête Labyrinthe calqué Sur l’exercice de la perte Rien ne s’accroche   Nous buvons à l’inertie Qui persévère sans but L’air se plie plus aisément Après l’avoir déjà été   ... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 07:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 31 janvier 2012

Abstrait.

Pour résister à des facteurs perturbants Ma conscience s’est faite liquide Le murmure de l’eau Est devenu un silence tactile Toute mon attention suit ton chemin Et, je sens tes lèvres fredonner La fugue de Bach.   Tout s’est détendu L’air des cimes Est un acrobate.   L’eau pure des vignes S’écoule dans ma gorge Mes racines s’enivrent Et la lumière du ciel colle à mes rétines.   L’attention qui m’unifie Ne dure qu’un instant Nos cœurs se confondent Et nos consciences s’évaporent.   Le réel est... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 10:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
vendredi 27 janvier 2012

Comestible mais pas domestique.

Un peu de bruit passe furtivement et laisse une traînée de fumée blanche au cœur du noir souverain. Quelques gouttes de salive glissent entre les doigts râpeux des circonstances inadaptées. Je n’ai plus de corps à la portée des cris refermés dans la ouate du sang devenu des caillots de désespoir. Douleur danger   Portes ouvertes, cœurs tailladés     Sens affectés       Thalamus embourbé         Plaisir dévié du centre ... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 13:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
vendredi 13 janvier 2012

***//***

Le temps nous est traîne. Le temps nous est garde. Le temps nous égare. Le temps s’ôte l’air Le temps saute en l’air. Fixité meurtrière.
Posté par lacollineauxciga à 09:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 7 janvier 2012

***//***

Je respire pour toi qui n’es de nulle part, à la fois dedans et dehors, dans le faux pas qui fait rater le seuil. Tu es ce clin d’œil sous ma paupière. Cette poitrine du songe où se retire notre histoire pour y dormir entre les dents de notre blessure. Un soleil aux rayons d’eau se couche et je dors dans un océan tout entier habillé de mille lunes. Ecoute-moi, je viens te prier dans la refonte de chaque mouvement. 
Posté par lacollineauxciga à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 3 janvier 2012

…/3…

Parole d’amour Tes rivières sont à jour Des fontaines obscures   Parole d’amour Qui dure un peu plus que la neige éternelle Ta voix est une musique Comme le pot-au-feu est une saveur Qu’aucun feu ne soutient.
Posté par lacollineauxciga à 20:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 3 janvier 2012

…/2…

Moi, ce vase brisé Je t’ai voulu Entièrement, Totalement, Et, tu as coulé.
Posté par lacollineauxciga à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 3 janvier 2012

…/1…

Après le vent dans les branches Rien n’est jamais plus sûr Que l’incertitude.
Posté par lacollineauxciga à 20:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 21 décembre 2011

Déterger.

La nuit une étincelle claque la porte à la vitesse. Trop vite n’est pas jouer.    Nos yeux braconnent et recrachent quelques pépites de jour. Echappée belle déracinée de la main tendue.    Nos murmurent épilent l’angle mort pour dix sous de silence.    Dans la foulée des rêves une main défait les tresses de la lumière.    Je suis un tressaillement, une bouffée d’imprévisible, une atteinte morale, une poussière cabocharde.    Il y a un déficit irréductible entre l’heure qui... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 18:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 18 novembre 2011

L’escorte.

Les jours s’en vont, je reste. Novembre est filandreux. Lèvres sonores du bout du temps. Nous fêterons bientôt l’anniversaire du trou blanc.   A l’abandon des mémoires, la nuque fraîche de l’heure. Embrassée sauvage du verbe assujetti. Un corset de mots dans le labyrinthe des ombres.   Nos mains sous le sable, un désert de sel sous la langue. Nos cœurs dans la broussaille du vide.   Caprice de la pluie se rechargeant dans le ciel. L’amour sans fin touche à l’insomnie qui tremble.   Acrobate sur un... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]