dimanche 8 décembre 2013

Sapho - Est-ce ainsi que les hommes vivent
Posté par lacollineauxciga à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 8 décembre 2013

La boussole recadre l’espace trop grand.

La beauté est le refuge de l’ignorance, elle abrite le déplacement des ombres où naissent des arcs-en-ciel. La roue du temps restaure le calme qui succède aux avalanches. Etape après étape, nous foulons le gravier recouvert par l’herbe qui ne cesse de grandir. Le blanc retourné, les quatre fers en l'air, j’ai l’impression que mes yeux ne s’arrachent pas au tapis de verdure. Le vent m’a raccommodé au bruit du tambour des arbres. La pierre a emmuré la promenade des âmes. Chaque nuit berce l’aurore d’une forme de paix nouvelle.... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 01:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 7 décembre 2013

Tout se dérobe, change et devient autre.

L’Ode à la joie de J.S Bach, nous dévisage, puis s’éloigne. Nous restons seuls. Le regard en arrière ne saisit pas toute l’obsession de mes yeux. Ils transfèrent trop de lourdeur et trop de glace. Le souvenir du sang s’appauvrit et se délabre. Tu restes scellée à une image que tu n’occupes plus. Tu restes figée entre ma langue et la chair des étoiles.    Tu reviens doucement dans la boucle des jours qui s’inventent des histoires. Tu souris et tu bats la mesure de nouvelles musiques. Tu trembles et je tremble de la... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 04:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 6 décembre 2013

Il faut retourner à la racine de la nuit.

Mais, nul cœur ne peut se briser lorsqu’il a cessé de battre. Mais, nul cœur ne s’avoue vaincu par l’extinction des sens et des torréfactions indicibles. Toutes les nuits se traversent dans la frénésie des souffles éteints. Des bruits à peine perceptibles crapotent parmi des halos d’étincelles intermittents. Dans l’urgence des braises, nos ambulances sont des rêves velus où s’entortillent les bracelets de nos émotions. Des étoiles perdues signent dans le ciel de nos mémoires des jalons de bombarde, des explosions de repères, des... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 08:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 5 décembre 2013

Pour ceux qui souhaitent lire et suivre l’écriture concernant : La main dans le Chapeau.   La Suite : ICI (Blog de Bruno Odile)
Posté par lacollineauxciga à 20:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 5 décembre 2013

Ta vie vaut la mienne.

Nous incarnons l’étroitesse de nos aspirations. Nous sommes le visage des syllabes non dites. Un éclair s’est dépecé sous nos peaux. Le pouls furtif des flammes a fait vibrer les voiles de nos tendresses. Mais, ce qui s’est perdu n’est pas parti bien loin. Refusant le labyrinthe de la mort ultime, notre chapelle d’unissons interroge toujours le clair mutisme de nos os.  La vie pleure pour éteindre les flammes qui s’échappent. Elle arrose inlassablement la fournaise. Elle s’exténue à réduire la cadence du feu. Elle s’épuise à... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 4 décembre 2013

Il ne suffit pas d’aimer.

Ton odeur précède chaque tentative de rapprochement. Ma langue saisit à la parole flottante ses expressions d’onomatopées suggestives. Je marmonne des sons incompréhensibles, de la purée de mots sans ordre. L’existence a mauvaise haleine lorsqu’elle me vole la permanence du libre arbitre. Lorsqu’elle m’embourbe dans la nuit des sentiments encaqués. Depuis le commencement du jour, tout est infranchissable. Une apnée résiduelle retient la lumière d’une potentielle délivrance à l’intérieur d’une poche d’angoisse. La mer remonte dans... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 03:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 3 décembre 2013

Ce que je crois réel engorge mon souffle.

Dans le feu et dans la braise, l’amour déchire la lune et enflamme le ciel. Le bal des fêlures brûlantes se poursuit Ad vitam æternam comme une chorégraphie de l’imprévisible où tout se dérobe aux gestes qui agitent la fresque. La mort brûle les amants, brûle les lieux, calcine les épouvantails et quadrille nos javas invraisemblables d’un pacte diabolique.  Camouflée dans le cœur des flammes, la vie s’échappe. Ce qui tient droit, c’est l’espérance utile, la matière de reconstruction. Ce qui est debout, c’est l’attirance jamais... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 08:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 2 décembre 2013

La vie et la mort s’empruntent l’une l’autre.

Nos tressaillements jazzent comme des lilliputiens qu’aucune loupe ne saurait dévoiler. Il y a trop de distance entre nos chairs et la peau qui les recouvre. Hier encore, nous ramassions dans le poulailler de tante Jeanne, les œufs tièdes d’une fraternité exemplaire. Mon désir outrancier borde le ravin déchiré où flotte encore un peu le miel de nos haleines. Je dois désormais me prémunir de ce déroulement, de ce transfuge d’âmes en quête de fusion. Nous accédons à la cruauté du sentiment nourrit par la perte et il nous élève hors de... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 07:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 1 décembre 2013

L’écriture paraît sur ton visage.

Je t’ai dans la tête comme un fantôme bourdonnant. Maudits bruits acharnés claquant sur mes tempes, le flot de mes pensées s’enroule aux chants macabres entre poignards et sabres. Mes oreilles sifflent des tornades poudroyantes et me voilà sur le sommet de la peine accablée de râles anonymes. Des clochettes blanches tintinnabulent au fond du grand désordre de mon existence. Mon crâne exulte les pensées dégoulinantes où le venin coule à profusion. Je suis devenu un hérisson qui tousse dans la nuit, j’habite la fatalité et, toi, tu... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 00:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]