dimanche 2 mars 2014

Les heures enfuies.

La source ne tarit pas. L’eau brûle nos figures. Le feu est un bouquet du premier jour. Un sentier de mouchoirs borde le Mistral qui nous pousse dans le dos. Salves d’air en remous, tourbillons remontant nos narines.  Il fallait creuser dans l’ombre longeant le mur. Alors, j’ai ramassé des pierres et des glycines. Un peu de lierre dans la buée des choses sans nom. Nos empreintes se touchent, ta voix est une croche dans mon soupir. Nos terres regorgent d’amour et le ciel à l’unisson nous accompagne de ses mélodies hors nature.... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 06:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]