DSC_0067_France_nu_Concours_Beaux_Arts_Paris_avant_guerre_0_24x0_32Nos poussières se forgent lentement dans la paume pliée de nos mains, et nos cœurs s’accoudent doucement sur l’éternité. La brume est passée au tamis, l’eau est bue par le rayon du soleil, tout est rendu au centuple à la pierre qui saigne. Tu es ma déesse Fortune. Celle qui incarne le hasard subjectif et l’échec de la pensée. Le bonheur bizarrement s’est immiscé à l’enjeu que m’impose l’épanouissement. Je reconnais humblement postuler à sa providence chaque fois que ma vie inquiète te souhaite comme un aveu nécessaire. 

Les baisers qui sortent de la vase n’ont pas encore eu le temps de fleurir. Pourtant, les tiges fièrement élancées se dirigent vers le cayeu des lèvres où tout est inhabitable. Le mot plus que toute autre chose.

Dépossédés, nous sommes le rayonnement de toutes les opportunités. A présent, il nous suffit d’enfourcher l’aube comme une monture ailée.

L’amour est redevenu lui-même : aveugle et fou. Il domine la vallée verte comme les cheveux d’un arbre décoiffé. Mon cœur est cintré de bouffées rouges et mes frissons décapitent les silhouettes qui ne te ressemblent pas. Nous tirerons à la courte paille celui de nous deux qui devra embrasser l’autre le premier. 

Mon cœur est sur la route, tes mains aux carrefours. Je m’enflamme comme une Nova sacrifie sa pudeur aux scintillements célestes.

Au-delà des lignes et de la parole, le rétablissement de nouveau pied à terre. La même clarté ramenée à l’échelle humaine. Ton ombre sous mes paupières, et puis l’emportement, le cheminement des rêveries claires comme du verre. Nos haleines dépouillées des gargouilles de la salive, neuves, de nouveau prêtes à sculpter les vapeurs accumulées dans le désarroi de la rupture.  A la pointe de l’asphyxie, nous ne tenions plus qu’une lampe d’écume frelatée.

Tout se retire d’un ressac. Même l’ombre qui nous suivait se dérobe sous les pas musclés du vertige. La marche est poudreuse. Elle nous conduit l’un à l’autre, clairsemés. 

 

- Bruno Odile -Tous droits réservés ©