mardi 18 février 2014

Nos routes s’écartent.

Nous sommes des veilleurs. Rarement des phares. Nous incarnons les veilles singulières déposées sous le fronton d’un avenir inguérissable. Le futur débitera l’insuccès des heures mortes et une lueur lointaine éclairera les baies poudreuses. A présent, la poussière profonde fraîchit. La lumière qui nous effleure a été arrachée au feu enveloppé dans nos souffles.   De temps en temps, une poutre tombe des étoiles, un pilier d’étincelles éclatantes chute sur ma voix et sur mon écriture. L’air dilué dans la fuite des... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]