lundi 17 février 2014

Nos langues sont à genoux.

Nous voilà maintenant rabotés et lustrés comme de vieilles planches rafraîchies. Nos mains imbibées d’huile d’amande sont des copeaux de bois nostalgiques. De la sciure sombre tombe de nos bouches. Des granulés secs remplissent les caniveaux avant de se dissoudre comme un langage écumé. Nos voix sont des ruts enroués par les larves dévorant la parole. Et nos haleines promènent sur un vieux parquet qui craque à chacun de nos pas.   Il n’est plus question de séparer les extrêmes. Jours et nuits s’imbriquent. Chacun des points... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]