vendredi 7 février 2014

J’ai perdu ma liberté d’aimer dans un seul amour.

A présent, tu peux m’offrir du vin, ma gorge est un tonneau que la rivière traverse. La vie et le rêve sont la conscience du monde. Aimer ne suffit pas à surmonter la peine, mais la légèreté du papillon est complice à son envol. La joie est cette veuve incontournable venue mourir dans la paume de ma main. La mort dans son arrachement intempestif n’a pas d’autres couleurs à proposer que l’exclamation rugissante qu’elle colporte. Que devrions-nous être, témoin ou juge ? Toute une vie a été mise sous la pression de la conscience.... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 05:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]