nahi14_sz3blog

Sur mes genoux traîne un vieux fouloir, celui-là même que nous utilisions pour hisser un drapeau au-dessus de nos cabanes. Mes rêves ne retournent plus incessamment la tête. Tout mon passé est désormais dans la main du jour qui se lève. Quelques mouettes libèrent leurs déjections visqueuses sur leur passage, plus rien n’est comme avant. La terre a de nouveaux parfums de cire et de feuilles. La vie triomphe du miroir dans lequel elle s’était enfermée. L’éternité ne pèse plus le poids du sable qui s’écoule sur la rive. 

A l’intérieur de mon alphabet chaque lettre qui s’était trompée de sens retourne à sa place. A présent, elles forgent une chaîne concise qui ne redoute plus la rouille de l’isolement. Les mots se rangent puis s’arrangent entre eux. La parole retrouve une certaine fluidité. Je peux te dire je t’aime sans que ma voix ne soit brisée. Sur ma peau défilent les anneaux du sacrement. Nos doigts sont trop menus pour être sertis. Mais nos corps entiers glissent dans ces cercles d’absolu. Nous touchons à l’insensé qui nous a bourlingué des années durant. Nos bras et nos mains se sont métamorphosés, quatre lianes souples s’entourbillonnent comme des papiers à bonbons. Notre marche forcée se délivre des rides saillantes où l’espoir était condamné. 

Le fossé n’appelle plus le souffle de nos respirations. Un vent brûlant passe sur notre maison. Le marronnier nous offre ses fruits enrubannés dans les feuilles que j’ai remplies de mots. Nous allons enfin pouvoir goûter à la paix rayonnante qui jouxte la vie et la mort. L’amour est debout sur des échasses, il chante par-dessus la fumée. Tes yeux ressemblent à deux pierres luisantes blotties dans ma poitrine. Je pleure et je ris comme l’enfant qui retrouve le sein de sa maman, et maintenant je bois à l’ivresse des retrouvailles. Je revis dans le silence qui borde la haie. Bien plus que des mots, l’amour dépose une fine pellicule de nacre sur le bout de ma langue. A cet instant, je vis avec la volonté de ne plus en avoir. Mon âme est transparente, elle s’est dépouillée des liens qui la maintenaient dans le ruisseau de l’obscurité. J’accoste à la gaîté des hommes sans résolution. 

 

 

- Bruno Odile - Tous droits réservés ©