jeudi 9 janvier 2014

La marche a modifié la douleur.

La marche a modifié la douleur. Elle a temporisé le désordre. Je suis à présent couché dans la faille des unions lointaines, des incendies déshabillés et des sagacités sans discernement. Aucun lampion ne grille aussi férocement que l’éclair. Toutes les lanternes enfourchent la nuit endeuillée de lunes baveuses. Le noir absorbe comme un buvard de soie les grives prisonnières dans la caverne à sanglots. Je marche avec toi et nous avons l’eau à la bouche. Nous sommes dans un coin du ciel, nous sommes le mendiant solitaire couché sur la... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]