mardi 7 janvier 2014

Le Toujours indéfini de toi et de moi.

La réalité serait parfaite qu’elle ne serait pas douloureuse. Le rêve serait magnifique s’il comblait totalement la carence. La vérité n’est pas négociable. La tristesse connaît le parapluie de l’esprit. La pensée se dilate dans l’ego. Plus de bon, moins de bon. Le lien qui attache est souverain. La possession nie l’existence du dépouillement. Je t’aime sans me conformer à l’amour. Tout est infini et sans diktat. L’apaisement repose sur le calme présent en moi-même. La joie advient sans qu’on la cherche.  Ton absence est devenue... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 10:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]