mercredi 1 janvier 2014

Cette joie que j’ai tenue.

Je voudrais encore écrire, mais ma main flanche. Les mots du récit s’enfuient. Paradoxalement, je m’assèche là où la source est la plus dense. Des milliers de ruisseaux au fond de moi se durcissent et deviennent des lames tranchantes. Je n’écris jamais autant que je ne brûle. La flamme intérieure est plus puissante que mon récit. A l’évidence, il me faut déconstruire sans détruire. Défaire la brume épaisse des mémoires nouées comme des nœuds de cravate ceinturant l’arbitraire de la déroute. Dans l’écart et le recul, toutes les... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 16:24 - Commentaires [4] - Permalien [#]