jeudi 19 décembre 2013

Au bout de la colline.

Tu es partie sans rien dire. Tu es partie comme s’en vont les roulottes gitanes sous un ciel étoilé. Tu m’as laissé dans cette maison souterraine où s’éteint la lumière. Mais, je ne peux marcher plus longtemps dans cet encombrement de larmes froides. Un océan de givre bleu attend la ravine où s’entaillent les roches pour y achever la résistance qui me vieillit.  Le rêve accède à ce que je ne peux plus rénover, il prolonge la sublimation, déborde les images, foisonne de formes et cultive le parfum du désir partout où il a... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 07:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]