lundi 16 décembre 2013

Une poignée de sable s’échange contre une tasse de feu. Le cœur boursouflé comme un melon d’eau, l’émotion coule comme une pluie battante. Nos regards sont des fantômes aveugles tâtonnants dans le vide. Ils emportent avec eux les rambardes de fer qui entourent les nuages. Ils bâtissent des murs plus hauts que ceux des basiliques du regret et des lamentations. La mort est une brèche dans laquelle le monde recompose ses premières notes. Je marche sur les remparts de la tendresse et l’ornière qui me cache encore de tes bras n’est qu’un... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 09:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]