samedi 14 décembre 2013

Dans l’abandon de la joie.

Le bien-être que je fabrique malgré moi défroque toutes mes tristesses. La poursuite de la satisfaction et de la joie n’est plus une route sinueuse mais un détroit au bout duquel je me risque à lâcher prise sur le chagrin. La peine s’est raréfiée de son essence intuitive et j’accède plus aisément aux mirages compensateurs. Joie utile ou exaspérée, c’est dans ce jardin d’herbes tendres que je cherche la désaliénation de mon désir. Mon être déborde d’eaux vives, mes ruisseaux apaisent leurs flux permanents grâce à leurs longs trajets... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 09:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]