samedi 7 décembre 2013

Tout se dérobe, change et devient autre.

L’Ode à la joie de J.S Bach, nous dévisage, puis s’éloigne. Nous restons seuls. Le regard en arrière ne saisit pas toute l’obsession de mes yeux. Ils transfèrent trop de lourdeur et trop de glace. Le souvenir du sang s’appauvrit et se délabre. Tu restes scellée à une image que tu n’occupes plus. Tu restes figée entre ma langue et la chair des étoiles.    Tu reviens doucement dans la boucle des jours qui s’inventent des histoires. Tu souris et tu bats la mesure de nouvelles musiques. Tu trembles et je tremble de la... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 04:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]