dimanche 13 octobre 2013

Un radeau dans la voix.

Je nage dans la matrice sombre où la brasure est encore chaude. L’heure qui interrompt notre conversation naît dehors dans la foison de sel et d’écume. La rumeur qui nous encercle n’a pas de frontière, elle livre sa couenne partout où la certitude est une décharge. Quel goût aura l’aveu après qu’il nous ait transpercés ? La chair qui ne cède pas au chaos se durcit au contact de l’air. Lorsque ta mort parle plus que de raison, elle assouplit le désastre de la léthargie qui nous domine.  Tu t’es couchée avec un trou dans le... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 11:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]