« … D’avoir tout perdu, on sauve mieux le reste. Si l’homme peut mentir, il peut aussi dire vrai. Plus on aura vécu en foule, plus seul on mourra. Je pourrais vivre sans tradition sans passé sans but, jamais sans poésie. Il n’y a pas beaucoup d’amour qui survit à la vie. Contrairement au mensonge qui ne peut être qu’éphémère, la vérité se reconnaît à sa durée. Elle continue toujours, peu importe la route. À se cacher derrière la mort, on néglige la vie… »

Comme des poupées russes. A découvrir ICI.