Au fond des terriers

l'ombre exige

une toison à frôler,

une chaleur à investir.

On essaie d'écouter

jusqu'au bout

le frisson.

Est-il possible

d'enclore un tremblement,

une boucle de laine,

le regard de la biche ?

En cette traversée

de fougères clandestines,

les peaux attisent leurs pétales,

nivèlent cicatrices et plaies.

Lorsque s'amorce l'envolée,

se dénouent les lierres.

Le liséré tiède des syllabes

incurve les ventres.

L'ivresse embrase le verger.

 

- Extrait du Blog de : Fileuse de lune.

Et pour en connaître davantage sur l’auteur : c’est ICI !