lundi 30 août 2010

L’infini de toi, indéterminé.

De cette encre incrémentée à la peau s’en va ce qui vient et vient ce qui va. L’intact se transforme. Change. Devient autre. Comme le temps qui se répète. Mais, l’intact s’altère de son inaptitude à détériorer. Il s’évertue à préserver, à refuser au nouveau son spectre de carnations. L’intact c’est l’inentamé de l’usure. Mon sang a mille couleurs : le noir des combats avortés, le rouge des brûlis d’histoires vaines, le vert des pâturages d’aventures, le mauve des soirs lambinant avant le sommeil, l’écarlate des bévues... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 01:22 - Commentaires [8] - Permalien [#]

dimanche 29 août 2010

Amadou Hampaté Ba

« Si tu es d'accord aime moi, si tu n'es pas d'accord, aime moi plus fort encore. »
Posté par lacollineauxciga à 21:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
vendredi 27 août 2010

Sous la paupière, le rêve décoiffant…

La parole ne dit rien de la langue du cœur, où si peu. Elle s’invente sans relâche pour semer des graines d’espérance dans le corps des raisons. Là où germine l’inconscience des laves qui figent et nos fruits et nos cueillettes. Nous ne sommes pas fait l’un pour l’autre, nous sommes l’un dans l’autre à la découverte d’un espace non franchi où se retrouvent nos balbutiements à essayer de se guérir d’une plaie à jamais béante. L’amour et le mot coexistent dans une tourmente où se rassemblent nos langueurs et nos faiblesses. Elles... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 11:57 - Commentaires [6] - Permalien [#]
vendredi 27 août 2010

Posté par lacollineauxciga à 00:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 25 août 2010

Translater.

Traduire nos sens par le langage est se soumettre à sa pauvreté, à son irrémédiable indigence, à sa pénurie de mots pour dire le nécessaire et le superflu. Regarde, traduire le goût de tes lèvres oblige le verbe à simuler pour définir pleinement la joie profonde qui monte d’on ne sait où. De cet ailleurs qui nous hisse comme des cordes tendues. Il se meut dans la discrétion, funambule assermenté de nos cauchemars et de nos rires. Ici, une touche, juste une vibration indicible, un souffle de trois fois rien. Tout de... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 18:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 22 août 2010

Il s’agit de tenter quelque chose.

Un air de rien m’attend dans le creux de ta main. M’attend la vie qui se lève comme une première fois. M’attend le fleuve des flammes que ressuscite le hasard. L’amour a le sexe ouvert comme un détroit. Les vagues s’en foutent qui ne connaissent que le roulis des ondulations où la brèche serait une mort. Tout se précipite vers toi. Les étoiles parlent aux lucioles et l’herbe fredonne une odeur de lit défait. M’attend le sein du monde du bout des doigts, du bout des langues. M’attend l’impalpable délice rutilant au fond... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 11:41 - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 21 août 2010

Demain Demain jp nataf ,Mathieu Boogaerts,BomBes 2 Balenvoyé par mouloudjistef. - Regardez plus de clips, en HD !
Posté par lacollineauxciga à 11:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 21 août 2010

DESCARTES

« Les plus grandes âmes sont capables des plus grands vices aussi bien que des plus grandes vertus ; et ceux qui ne marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup ; davantage, s'ils suivent toujours le droit chemin, que ne font ceux qui courent et qui s'en éloignent. »       - Discours de la méthode -
Posté par lacollineauxciga à 10:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 18 août 2010

Quelques moments sans.

Oncques, l’amour voué aux corbeaux. Oncques, le sang de la lumière sur des visages fantômes. L’injustices des ombres taisant les voix, pressant le mort-né de la douleur contracté sans échappatoire. Oncques, les baisers brillants. La mémoire avoue un seul être dans la fournaise sensuelle du soleil. Une seule présence rouée d’impossibles naissances. Oncques, le monde mort des vivants. Oncques, l’amour sans visage. La peau des apparences démunie de voiles. Les voiles transparents des consciences secouées. Tes yeux indices... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 12:42 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
mardi 17 août 2010

Demain, tout à l’heure.

Campons-nous dans la parole, dans le filet de voix aux dérives capricieuses ? Je ne sais plus les mots que tu habites, je ne sais plus la raison des jours qui claquent sur les anciens reliefs. Je ne sais que toi.  Demain, l’embrase du temps dansera avec sa fougue habituelle. Et pourtant, le jour hochera la tête et retournera ses yeux vers l’intérieur, vers l’être. Il dédaignera, sans doute, l’instant à livrer tout entier aux histoires vieillies et aux alarmes toujours actives. Demain, ouvre ses portes toutes grandes... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]