jeudi 28 février 2008

0030 -

Plus les hommes s’avancent dans la connaissance, plus ils découvrent qu’ils ne savent rien. Que d’efforts et de temps consacré pour se satisfaire de l’idée que sans rien nous sommes tout. Socrate y aurait suffit, il y a 25 siècles.
Posté par lacollineauxciga à 02:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 28 février 2008

0029 -

Elle avait tant d’amour a donner qui lui paru plus respectueux de n’en donner qu’un peu. Et elle allait aimer mère nature pour vider ses trop pleins. Faut dire qu’elle transportait l’accumulation d’une énorme carence : enfant on ne l’aima point.
Posté par lacollineauxciga à 02:21 - Commentaires [3] - Permalien [#]
jeudi 28 février 2008

0028 -

Il y aurait un seul sujet sur lequel l’humain n’aurait pas d’avis que cela serait un de trop. Habile à critiquer et à porter jugement, il lui serait intolérable que d’admettre qu’il finit toujours par ressembler à ce qu’il accuse d’infamant et d’odieux.
Posté par lacollineauxciga à 02:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 28 février 2008

0027 -

De mes faiblesses j’ai bâtis la certitude que j’existais et acquis la vérité que ni je ne sais m’accepter ni je ne sais me refuser.
Posté par lacollineauxciga à 02:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 28 février 2008

0026 -

Nous devrions toujours garder en mémoire qu’il nous faut avoir furieusement envie de vivre si nous espérons pouvoir nous griser de tout ce que cela nous propose.
Posté par lacollineauxciga à 02:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 28 février 2008

0025 -

Riche de nos certitudes acquises à vivre en bon humain, bien élevé, bien poli par une éducation bien propre, nous acquiesçons d’une morale souvent aux antipodes de nos fusions profondes pour nous vautrer dans la débauche de nous-même.
Posté par lacollineauxciga à 02:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 28 février 2008

0024 -

Le réel se limite à ce que l’on en ressent et ce que l’on en apprécie. Tout le reste n’est que le flamboyant d’un imaginaire fallacieux qui nous fait croire que cela peut être davantage meilleur (ou pire).
Posté par lacollineauxciga à 02:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 28 février 2008

0023 -

Il ne faut pas attendre de l’orgie du remord et du faste du dégoût un quelconque nouvel appétit. Jouir de sa nourriture quotidienne suffit.
Posté par lacollineauxciga à 02:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 28 février 2008

0022 -

Jour de cafard : écraser la bête à coups d’éclats de rire et si cela ne suffit pas, s’autoriser quelques bons verres de liqueur d’euphoriques insouciances.
Posté par lacollineauxciga à 02:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 28 février 2008

0021 -

Qu’en est il de la raison si elle-même se situe dans la dominance sans partage et qu’elle occulte et censure à des fins morales honorables ? Un désir ne trahit pas, il construit. Seule, l’envie est ce superficiel auquel il est sage de résister lorsqu’on se doit de s’en priver des raisons autres que privatives.
Posté par lacollineauxciga à 02:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]